Essai

En images

L’outil du commuter
Le 400 cm3 serait-il sur le point de devenir la nouvelle coqueluche des commuters ? Cette cylindrée, présente au catalogue Kymco depuis cinq ans avec un premier Xciting, existe aussi chez Yamaha (XMax 400), chez Suzuki (Burgman) et, depuis peu, chez BMW (C 400 X).

Certes la mise en avant de cette cylindrée, coincée entre le « petit » 300 et le coûteux 500, n’est pas pour faciliter la décision... Peut-être faut-il y voir une conséquence de l’inflation immobilière qui force les citadins à s’éloigner des centres-ville et les incite à se doter d’un engin assez puissant pour s’affranchir des portions autoroutières sans craindre le moindre dépassement. Pour ces usages, le nouveau Kymco Xciting S 400i a de nombreux atouts, à commencer par son tarif de 6 299 €, bien inférieur à la concurrence. Une politique tarifaire agressive courante chez le Taïwanais (voir ici nos autres essais de scooters Kymco).

Look sportif
L’esthétique du nouveau modèle a été retravaillée en profondeur. L’engin aux lignes acérées affiche une certaine sportivité, aux antipodes de la lourdeur des maxiscooters de la décennie antérieure. Le petit bec de canard, la ligne de DRL (feux diurnes) à l’avant et les traits de l’ensemble feu/clignotants arrière contribuent aussi à cet air canaille. Il en va de même du double disque pétale, associé à des étriers de frein radiaux, peu mordant mais néanmoins efficace et progressif pour stopper la bête sans frayeur. L’ABS est évidemment de rigueur à l’avant comme à l’arrière, ce dernier étant toutefois un peu trop interventionniste. L’arrière loge aussi le frein de parking (actionnable au commodo gauche), un dispositif aussi rare qu’indispensable sur un scooter de ce poids (218 kg vérifié). Toujours au chapitre de la sportivité, signalons les repose-pieds passager alu joliment dessinés, mais malheureusement glissant. Enfin, distribuons un bon point au volontarisme du monocylindre, inchangé, toujours prompt à vous emmener et à reprendre jusqu’à 150 km/h compteur environ. Le châssis double berceau et la fourche à double té (inférieur et supérieur) donnent une rigueur satisfaisante à l’usage.

Scooter connecté
Outre le look, la seconde grosse évolution se trouve au tableau de bord. Ce dernier, constitué de trois cadrans, accueille en position centrale le module Noodoe à appairer en Bluetooth avec son smartphone. Après avoir téléchargé l’appli, l’affichage personnalisable fournit des informations telles que la météo, les SMS et la liste d’appels (uniquement à l’arrêt), mais surtout le GPS. Reconnaissons à Kymco le mérite d’être parmi les premiers à implémenter un module de navigation à son tableau de bord (Noodoe est disponible sur d’autres scooters dès 125 cm3). Et même si les indications de direction sont parfois farfelues, gageons qu’une mise à jour saura gommer ces défauts de jeunesse.

Ergonomie
Si le XCiting atteste de la constante montée en gamme du constructeur, il conserve un trait caractéristique des Kymco, à savoir une place limitée à son bord. À partir d’1,80 mètre, difficile de savoir où placer ses jambes confortablement ni comment manœuvrer le guidon sans qu’il finisse, en butée, sur les cuisses du conducteur. La largeur du pont central repousse aussi les jambes vers l’extérieur, les exposant aux courants d’air. Le pare-brise désormais réglable en hauteur - manuellement - permet de mieux préserver le buste du conducteur ; en revanche, moult bruits et remous aérodynamiques viennent perturber les tympans. Ce manque d’espace au poste de commande s’explique par la présence d’un très large dosseret conducteur - « la place du 2e passager » ironisait un collègue - qui a aussi pour effet d’installer le passager loin, très loin derrière et en hauteur. Notre duettiste se plaint aussi de la sécheresse de la suspension arrière qui manque de retenue hydraulique.

Kymco Xciting S 400i : le verdict

À 6 299 €, l’XCiting S 400i permet de réaliser une économie de 700 € par rapport à un Yamaha XMax 400 ou un BMW C 400 X (hors pack et options) et de 1 200 € par rapport à un Suzuki Burgman 400. En rapport prestations/prix, le Kymco est imbattable. Une gageure pour cet engin nativement aussi bien équipé que motorisé, mais moins bien suspendu. Seuls écueils, la position étriquée du conducteur, celle peu naturelle du passager et le minimalisme du coffre qui inciteront plus à « commuter » qu’à voyager. Dommage tant ses 35 chevaux invitent à s’échapper.

Publicité
Fiche technique

Kymco Xciting S 400i - Fiche technique

(données constructeur)
Moteur

- Type : monocylindre à refroidissement liquide, 4T, 1 ACT, 4 soupapes par cylindre
- Cylindrée (al. x cse) : 399 cm3
- Puissance maxi : 35 ch à 7 500 tr/min
- Couple maxi : 3,8 m.kg à 6 050 tr/min
- Alim./dépollution injection/Euro 4
Transmission
- Boîte de vitesses automatique à variation continue
- Transmission par courroie
Partie-cycle
- Frein Av (étrier à x pist.) : 2 disques Ø 280 mm (4 opp.)
- Frein Ar (étrier à x pist.) : 1 disque Ø 240 mm (2 juxt.)
- Pneu Av - Pneu Ar : 120/70/15 - 150/70/14
- Réservoir (réserve) : 12,5 litres (n.c.)
- Poids : 218 kg (en ordre de marche)
- Hauteur de selle : 810 mm
Pratique
- Coloris : bleu, noir ou blanc
- Garantie : 5 ans pièces et M.O., 2 ans assistance
- Prix : 6 299 €

Commentaire (0)